Contactez nous ...

Envoyer

Posts Categorized : Notre actualité

20160926_152752ok
Un premier atelier instructif

20160926_170647ok Gecac-Tremplin, dans sa volonté de participer à l’amélioration du bien être au travail, a lancé un premier atelier pour ses salariés remplaçants en établissements et services sociaux et médico-sociaux. Cet atelier animé par la nutritionniste Brigitte Bonnefoy, contactée par notre partenaire EOVI MCD, s’adressait aux salariés qui travaillent en horaires de nuit et peuvent être, par conséquent, sujets à des troubles alimentaires et du sommeil.

 

Treize personnes ont répondu présentes et se sont intéressées au propos de l’intervenante qui se découpait en quatre axes principaux comme autant de conseils de vie à mettre en pratique dès à présent :

  • Sommeil
  • Exposition au soleil
  • Activité physique
  • Alimentation

Il faut aussi et surtout faire preuve de bon sens et être à l’écoute de soi.

Certaines préconisations ont vite cassé les idées reçues et les certitudes.

Il faut savoir faire la différence entre la faim et la soif car la plupart des gens confondent les deux. Il faut manger lorsque l’on a faim, peu importe le rythme. L’activité physique ne veut pas forcément dire se dépenser à outrance, mais simplement faire l’effort de se promener et de s’exposer au soleil (important pour l’apport en sérotonine qui se transforme en mélatonine et facilite ainsi l’endormissement et la qualité du sommeil). Choisir de manger des aliments de qualité. Seule l’eau permet une bonne hydratation du corps. Mieux vaut limiter voire supprimer les jus de fruits même bio et bien sûr les sodas, sirops… ces produits sont des produits plaisir n’ont aucun effet sur l’hydratation. Enfin, il faut savoir que les féculents ne font pas grossir.
Les participants n’ont pas été avares de questions et se sont interrogés, notamment sur les habitudes : « faut-il manger à heures fixes ? », demande quelqu’un dans la salle. « Non, répond Brigitte Bonnefoy. Chacun son rythme. Si vous n’avez pas faim le matin ne vous forcez pas, c’est que votre corps n’en a pas besoin. Mangez quand la faim est réellement là. » « Faut-il manger quelque chose de sucré lorsque l’on a un coup de fatigue ? » Réponse : « Pas forcément, le coup de fatigue peut-être dû à une légère déshydratation. Il faut commencer par boire et voir si le corps réagit mieux. Sinon, effectivement, manger quelque chose de préférence, un sucre complexe (lent). »
Enfin ce témoignage : « la nuit je me sens moins vigilant, mon alimentation peut-elle changer quelque chose ? » Réponse de la nutritionniste : « oui, par exemple les protéines augmentent l’éveil et favorisent l’attention (viande, poisson, œufs). Ne pas manger trop de gras, et préférer les sucres complexes aux sucres simples car leurs effets perdurent dans le temps. »
L’atelier ne s’arrête pas là, un suivi téléphonique des salariés est proposé afin de vérifier ce qu’ils ont retenu et voir ce qui peut être encore amélioré. En parallèle, satisfait de cette première expérience instructive, Gecac-Tremplin réfléchit à mettre en place d’autres ateliers dans les mois qui viennent.
A suivre donc.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le magazine Direction(s) en reportage à Gecac-Tremplin

Aude Mallaury (rédactrice) et Thomas Gogny (photographe) sont venus dans nos locaux et à la MAS Pierre-Launay afin de réaliser un reportage et mieux comprendre l’histoire et le mode de fonctionnement de Gecac-Tremplin. Ce reportage fait suite à l’obtention en décembre dernier, d’un prix au dernier Trophée Direction(s).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Salle polyvalente de la MAS Pierre-Launay (Apajh03), des anciennes de Gecac-Tremplin expliquent leur expérience à Aude Mallaury (à droite), en présence de la directrice de la MAS, Dominique Bayelle.

Aude Mallaury a d’abord été reçue par le directeur général, Abdou Diallo. Ce dernier a rappelé qu’il a fallu un travail de cinq ans préalable pour la mise en place de Tremplin, car si le concept intéressait les associations gestionnaires d’établissements et services sociaux et médico-sociaux, il restait malgré tout à les convaincre de la faisabilité du projet et de sa capacité à être pérenne. C’est l’adhésion et le partenariat de l’Apajh de l’Allier qui a réellement permis une mise en route.

 

« Chacun a joué le jeu, a expliqué Abdou Diallo. Il y a plusieurs enjeux dans tout ça. Il s’agit de proposer un service qui soulage les établissements de la question des remplacements avec tout le volet organisationnel mais aussi juridique. Chez les remplaçants, il faut des personnes motivées et impliquées qui peuvent s’intégrer dans les équipes pour maintenir un bon niveau de prise en charge pour les personnes en situation de handicap. Quels que soient leurs profils initiaux, les remplaçants peuvent ensuite partir en formation en alternance et par conséquent faire reconnaître leurs acquis par un diplôme ce qui leur donne une vraie chance d’avoir un parcours professionnel stable par la suite.  Et enfin, pour nous, c’est la possibilité de faire vivre cette activité et d’avoir des postes de salariés dédiés. Il y a des enjeux économiques et humains, l’un ne va pas sans l’autre. Seules les structures qui sont dans cette optique travaillent avec nous ».

Ainsi dès le début, Gecac-Tremplin s’est occupé du recrutement, de la gestion des remplacements, de l’accompagnement vers la formation des remplaçants et de l’édition des bulletins de paie. (Pour en savoir plus, retrouvez toutes les infos dans la rubrique Gecac-Tremplin.)

Aude Mallaury a ensuite eu l’occasion de s’entretenir avec deux salariés actuellement en formation puis, avec Catherine Charobert, directrice de la Plateforme de services médico-sociaux La courte Echelle, Annie Busancic-Mercier, directrice du FAM Les Sources Vives et Dominique Bayelle, directrice de la MAS Pierre-Launay.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est dans ce dernier établissement que les deux journalistes ont retrouvé le personnel qui gère le service Tremplin : Laetitia Saint-Pierre, chef de service, Sonia Brasset et Véronique Theurier, toutes deux coordinatrices. Ils ont fait connaissance avec quelques anciennes remplaçantes de Tremplin, qui, après leur formation, ont été titularisées à la MAS. Le photographe Thomas Gogny a suivi la directrice dans différentes parties de la MAS afin de saisir des images des salariés dans leurs actes quotidiens auprès des résidents.

 

Photo d'archives Gecac Communication
Gecac-Tremplin fête ses 10 ans !

En 2006, Gecac-Tremplin démarrait ses activités grâce, notamment, au partenariat de l’Apajh 03 qui lui a fait confiance. Dix ans plus tard, le professionnalisme de Tremplin en termes de capacités à gérer les remplacements dans les établissements sociaux et médico-sociaux n’est plus à prouver et il a accompagné nombre de salariés remplaçants vers un diplôme dans les métiers du secteur les plus demandés. Présent sur le bassin montluçonnais, Gecac-Tremplin s’appuie sur les politiques en matière d’aide à l’emploi pour poursuivre ses missions.

Vendredi 1er avril, les anciens salariés de Gecac-Tremplin, les salariés actuellement en remplacement et en formation, les partenaires, les associations du secteur et les directeurs et chefs de service sont conviés à un après-midi spécial anniversaire. Des ateliers d’échanges sont proposés puis, les participants pourront se tourner vers un buffet animé par le groupe de musique funk Huggy le bon Trio. Un moment de décontraction qui permettra à tous d’aborder, avec le sourire, les dix années écoulées ainsi que les projets.

Affiche 10 ans tremplin

Flyer à télécharger et renvoyer rempli pour participer

P4011615
Gecac-Tremplin était à Jobs d’été

L’équipe de Gecac -Tremplin est allée à la rencontre des jeunes lors du forum Jobs d’été, organisé mercredi 1er avril, à Athanor, par les Points information Jeunesse. Bien que moins fréquentée que l’année dernière, cette journée spéciale, visant à favoriser l’emploi des jeunes, diplômés ou non, a tout de même permis à Gecac-Tremplin de réceptionner des CV. Le but est de trouver le personnel remplaçant qui pourra intervenir dès juin et jusqu’à la fin septembre. Les CV reçus seront examinés et pourront donner lieu à des demandes d’entretiens ultérieurement.

A suivre donc.

 

 

 

jj_2015_site
Gecac-Tremplin s’apprête à participer au prochain Jobs d’été

Pour la 13e édition du forum Jobs d’été à Athanor Montluçon, l’Espace Montluçon Jeunesse, les Points
information jeunesse (PIJ) de Montluçon, Commentry et Désertines, Pôle Emploi Nord
et Sud et près d’une quarantaine de partenaires se mobilisent mercredi 1er avril 2015 de 13h30
à 18h au Centre Athanor pour accueillir les jeunes âgés de 17 à 25 ans.

Gecac-Tremplin y participera cette fois encore car c’est un moment qui marque le démarrage d’une phase annuelle de recrutement. A chaque fois, le pôle cherche des remplaçants adultes ayant les qualités et le sérieux requis pour participer au travail des équipes dans les établissements et services. Le remplacements peut se poursuivre ensuite, au-delà de la période estivale pour les personnes motivée qui on fait la preuve de leurs capacités et souhaitent poursuivre pour, éventuellement, entrer en formation.

Jobs d’été a été initié par la municipalité en 2003 et l’objectif de cet après-midi reste avant tout de favoriser les prises de contacts ainsi que les échanges d’information et de CV.

Gecac-Tremplin-3-1
Le sous-préfet en visite lors de la remise de diplômes

La dernière remise de diplômes de Gecac-Tremplin a réuni, comme à chaque fois, de nombreuses personnalités locales parmi lesquelles Bernard Pozzoli, vice-président du conseil général, maire de Prémilhat et Thierry Baron, sous-préfet de Montluçon. Ce dernier est déjà venu à deux occasions puisque Gecac-tremplin était le premier organisme à signer un contrat emploi d’avenir dans l’arrondissement. Un an plus tard, en janvier 2014, il revenait prendre le pouls de ce premier groupe de jeunes qui démarrait activité et pour certains, formation. lire plus